SYNOPSIS FACILE : Comment écrire des synopsis efficaces et persuasifs sans amputer votre récit de la moitié de son intrigue by Cecile Duquenne

SYNOPSIS FACILE : Comment écrire des synopsis efficaces et persuasifs sans amputer votre récit de la moitié de son intrigue

Le synopsis est un cauchemar pour la plupart des auteurs de fiction.

On aimerait bien y échapper, mais c’est devenu une étape obligatoire.

Et ce, que l’on soit du genre « auteur jardinier », à ne rien prévoir d’avance, ou plutôt du genre « auteur architecte », à anticiper jusqu’à certains dialogues, ou encore quelque part entre les deux.

Car dès que l’on soumet un texte à un éditeur, ce dernier demande qu’un synopsis soit joint au manuscrit.

Le synopsis est donc devenu la norme en science-fiction, fantasy et fantastique.

 


Le problème, c’est qu’écrire un synopsis à destination des éditeurs est une véritable souffrance pour la plupart d’entre nous.

Comment, en effet, faire tenir en 3 pages maximum un « résumé objectif et factuel » des événements que l’on a raconté sur 300 pages par ailleurs ?

On maudit sur 7 générations la personne qui a eu en premier la bonne idée de demander un synopsis d’accompagnement du manuscrit aux auteurs qui lui soumettaient un texte.

Et que l’on soit architecte ou jardinier, on ne sait pas par quel bout prendre notre récit, ni par où commencer à le résumer.

Notre intrigue est tellement riche et « touffue » que tout nous semble important.

Dès qu’on enlève un bout, tout perd son sens.

Or, le sens est essentiel dans un récit, même résumé : il ne s’agit pas de mettre bout à bout les péripéties sans jamais expliquer pourquoi elles sont racontées et, donc, importantes dans le roman.

Et il faut prendre en compte l’évolution des personnages, de l’univers et des thèmes qui les relient…

Expliquer l’inexplicable, donner un aperçu du style, oui, mais de façon « objective »…

On se prête au jeu, parce qu’il le faut bien.

On écrit 12 versions différentes en pleurant des larmes de sang…

Au terme de la énième réécriture, le résultat nous semble pire que mieux.

Et le résumé est tellement « objectif », factuel et dénué de tout style que le récit ne peut que paraître plat et parfaitement insipide à qui lira ce succédané d’histoire lyophilisée. 

Ce qui n’est pas du tout l’objectif que l’on souhaitait atteindre, donc.

Résumer, oui, on veut bien… mais comment le faire sans amputer l’histoire de ses principaux atouts ?

 



En désespoir de cause, pour les plus architectes d’entre nous, on se tourne alors vers notre synopsis de travail.

Après tout, c’est le résumé que nous avons écrit avant d’écrire le premier jet de notre roman : l’essentiel y est, et cela devrait nous faciliter le travail, non ?

Le problème, c’est justement que ce synopsis est un résumé factuel des événements de l’intrigue telle qu’elle se déroulait avant que d’avoir écrit le premier jet.

Et que l’intrigue, les événements et les personnages ont tous évolué entre ce synopsis de travail et la version finale du roman que nous soumettons aux éditeurs.

Ce synopsis a été d’une grande aide pour préparer la rédaction du roman, mais à présent, il ne nous est guère utile… ou si peu. 

 

 

D’ailleurs, parlons-en, du synopsis de travail qui précède la rédaction du premier jet du roman !

C’est un rêve éveillé pour les auteurs architectes… et un cauchemar sans fin pour les plus jardiniers d’entre nous.

C’est même un énorme point d’interrogation, dans le cas de ceux qui ne savent pas encore s’ils ont besoin ou non d’écrire un synopsis de travail, parce qu’ils ne sont pas encore assez familiers avec leur processus de création.

Méthode, utilisation concrète, fonctionnement et subtilités, véritable fonction du synopsis de travail… tout cela vous semble assez abstrait et très complexe, pour un résultat que vous jugez à la fois certain et incertain – bref : imprévisible.

Et c’est normal que vous soyez dans le noir à ce sujet.

Car il n’y a qu’un seul moyen de savoir si le synopsis de travail est un outil qui vous sera utile ou non dans votre processus créatif : essayer.

Mais là encore, par où commencer ? 

Et comment faire en sorte que le synopsis anticipe les difficultés du récit, permette de décrypter certains nœuds narratifs, mais ne nous enferme pas dans une version sans surprise de notre récit ?

La vérité est ailleurs, vous en avez conscience…

Mais où, vous l’ignorez encore.

 

 

En 15 ans d’écriture et 10 ans de carrière dans le monde de l’édition en tant qu’autrice publiée, je suis moi-même passée par toutes ces étapes.

Découvrir quel genre d’écrivain j’étais, comment je pouvais rédiger des synopsis de travail, comment écrire des synopsis à destination des éditeurs ensuite, et les corriger, encore et encore, pour les soumettre en étant à peu près satisfaite de ce résumé grossier qui accompagnait mon roman…

Au fil des ans, à force d’essais et d’échecs, de tentatives de penser différemment, d’aborder cet outil autrement, je me suis perfectionnée, jusqu’à réussir à écrire des synopsis aboutis presque du premier coup.

Car oui, c’est possible.

 

La vérité, c’est que la théorie m’a très peu aidée.

Ce qui a fait la différence, c’est la pratique, et encore la pratique.

Des synopsis, j’en ai écrit plus d’une quarantaine…

Ils ont accompagné autant de projets avortés que de menés à bien.

L’autre apport me vient des nombreux échanges que j’ai eus avec différents éditeurs sur les différents types de synopsis qu’ils recevaient, et qui m’ont éclairée sur un point de ma pratique que la théorie n’a jamais mis en avant :

Le synopsis est un format avant d’être un récit.

Et dans mon crâne, entre cette information et mon expérience, ça a fait « tilt ».

J’ai tout pensé, tout révisé à partir de ça, changé de bout en bout ma façon d’aborder les synopsis.

Et ça a fait toute la différence.

 

Suite à cette révélation, j’ai élaboré une méthode d’écriture de synopsis basée sur le format du récit et son ancrage dans l’univers de SFFF où il évolue.

C’est une méthode que j’utilise depuis bientôt 5 ans et qui ne m’a jamais trahie jusqu’à présent.

Une méthode qui s’attache au format du synopsis, et qui permet de faire du synopsis un outil plus facile à manipuler et plus agréable à remplir.

Je l’utilise principalement pour les synopsis à destination des éditeurs… mais je l’ai construite de manière à fonctionner main dans la main avec mes synopsis de travail.

Ou sans, pour les projets où il n’y en a pas ou les auteurs qui n’utilisent pas de synopsis de travail.

 

Dans cette masterclass, j’ai réuni tous mes secrets, toutes mes techniques et toute mon expérience professionnelle et littéraire en matière de synopsis.

Le tout dans un déroulé pédagogique facile à appréhender, et autant que possible ouvert aux différents types d’auteurs et de processus créatifs.


Il suffit de cliquer sur « Accéder » pour la découvrir.

 



L’objectif de cette masterclass est de vous apprendre et vous aider à penser, élaborer et créer un synopsis – quel qu’il soit – avec le moins de pression et de souffrance possible.

Dans le cas du synopsis de travail, nous allons en faire un outil qui accompagnera l’écriture du premier jet de votre roman… et pas juste qui le précède !

Dans le cas du synopsis à destination des éditeurs, nous allons faire en sorte de rendre l’exercice plus facile, plus agréable et plus efficace, de manière à vous éviter les traditionnelles 13 réécritures successives, pleines de souffrance et d’insatisfaction !

On va vous remettre en position de force.

Et ôter la souffrance de l’équation.

 

En termes d’état d’esprit, de compétences et de résultats concrets, l’objectif est double :

À court terme, vous allez comprendre ce qu’est vraiment un synopsis, quelle est sa fonction en tant qu’outil d’écriture, son objectif véritable et pourquoi ça n’allait pas jusqu’à présent. 

À long terme, c’est-à-dire d’ici quelques mois et après quelques essais pour vous perfectionner et adapter ma méthode à votre processus de création, vous serez capable d’écrire des synopsis plus rapidement qu’avant, avec un résultat qui soit efficace et pertinent, sans souffrance et même, j’ose l’espérer, avec plaisir !

 

 

Messages aux plus jardiniers d’entre vous : cette masterclass n’est pas là pour vous convaincre de vous mettre au synopsis de travail.

Personne n’a le droit de vous imposer ça.

Tous les écrivains n’ont pas besoin d’un synopsis de travail très détaillé avant de se lancer dans la rédaction de leur roman (ce sont de purs « jardiniers »).

Certains, au contraire, ont besoin d’anticiper au maximum l’intrigue et ses développements de manière à pouvoir rédiger le premier jet en toute sérénité (dans le jargon, on les appelle « architectes »).

D’autres sont quelque part entre les deux (je vous expliquerai où et pourquoi dans la masterclass).

Et certains ne savent pas encore s’ils ont besoin ou non d’écrire un synopsis de travail, tout simplement car ils ne sont pas encore assez familiers avec leur propre processus de création.

Quel que soit votre cas, je vous le dis (et je le répèterai souvent dans la masterclass) : c’est normal.

Il y a autant de processus créatifs qu’il y a d’écrivains, et HEUREUSEMENT.

Cette masterclass n’est pas là pour vous changer, mais vous aider à aller dans une direction qui vous ressemble.

Elle existe uniquement pour aider ceux qui le veulent à construire et anticiper davantage la cohérence de leur récit, en amont de la rédaction du premier jet de celui-ci.

Néanmoins, si vous êtes jardinier et que vous peinez avec les synopsis à destination des éditeurs… elle est là pour vous aussi.

La suite va vous indiquer exactement pourquoi.

 

 

Prêt-e-s ? Voici le plan :

Au sujet des synopsis de travail, vous apprendrez…
+ La VRAIE fonction des synopsis, celle qui les rend si difficiles à rédiger ;
+ Pourquoi le synopsis de travail est un outil créatif comme les autres, et pourquoi il n’est pas non plus fait pour tout le monde ;
+ CAS PRATIQUE : je vous montre comment moi j’écris un synopsis de travail, avec document commenté sous la main pour mieux vous aider à vous repérer dans votre propre processus créatif ;
+ Le synopsis n’est pas le récit : l’histoire vous réservera toujours des surprises (et on va voir lesquelles ensemble !) ;
+ La structure idéale des synopsis de travail, ou pourquoi l’absence de règles d’écriture du synopsis de travail n’est pas l’absence de technique d’écriture, et comment y remédier sans s’enfermer dans des carcans scénaristiques…
+ BONUS 1 : l’astuce imparable en cas de roman choral ou bien à la chronologie déstructurée…
+ BONUS 2 : comment utiliser son synopsis de travail pour anticiper le chapitrage du roman (ou pas !)

Au sujet des synopsis à destination des éditeurs, on abordera en détails…
+ La vraie fonction des synopsis post-écriture de roman, et ce que les éditeurs veulent vraiment y voir, en fait ;
+ Les différences entre synopsis de travail et synopsis à destination des éditeurs, et pourquoi elles sont essentielles ;
+ Pourquoi le synopsis ne devrait pas vraiment vous inquiéter (un indice : la preuve de talent est dans le roman, pas dans le syno) ;
+ 3 problèmes auquel tout auteur se retrouve confronté en rédigeant un synopsis à destination des éditeurs (et les 3 solutions qui vont avec, bien entendu !) ;
+ La structure qui change tout : « un format de synopsis pour les gouverner tous, un format pour les trouver, un format pour les présenter tous, et dans le monde de l’édition, les lieeeer » (mais sans jeter votre originalité aux oubliettes ni provoquer la fin du mondeTM) ;
+ 7 règles d’écriture formelle des synopsis, et autant d’exemples concrets pour les illustrer, avec un pas à pas pour éviter de vous perdre au milieu de tout ça ;
+ Mise en pratique et cas pratiques : j’analyse avec vous plusieurs de mes synopsis à destination des éditeurs : on commente, on décortique, et je vous montre en quoi les règles sont parfois faites pour être ignorées (selon les auteurs et selon les récits).
 
 

Mais aussi :
+ En annexe, je vous offre une mise en page idéale et déjà prête, à utiliser sur-le-champ pour tous les synopsis et manuscrits que vous allez soumettre aux éditeurs ;
+ Le cas particulier du synopsis de commande : où, quand, comment, pourquoi et pour qui ;
+ Enfin, en BONUS : le mail-type pour accompagner et présenter synopsis et roman soumis à vos éditeurs potentiels (y a plus qu’à remplir dans les trous).

 

Vous pouvez dès à présent ajouter cette masterclass à votre espace perso en cliquant sur « Accéder ».

 

Encore une fois, je ne parle pas seulement en tant qu’autrice, mais aussi en tant que formatrice.

Cette masterclass met à votre disposition des outils pédagogiques clairs, concrets, faciles à utiliser, de manière à être pris en main dès aujourd’hui, et sans problème ou blocage. 

 

Il suffit de cliquer sur « Accéder » pour commencer dès maintenant notre travail ensemble sur vos différents synopsis.

A tout de suite,

Cécile.

Vous allez recevoir :

File Icon 14 des dossiers

Contenu

Formation
1 - Un résumé : pour qui ? Pourquoi ? Comment ?
23 min
2 - La vérité sur les synopsis...
10 min
3 - Le synopsis de travail à destination des auteurs
43 min
4 - Le synopsis à destination des éditeurs
30 min
5 - Quelques derniers conseils pour la route...
8 min
Annexes
Annexe 1 - synopsis de travail et projection mentale.pdf
193 ko
Annexe 2 - analyse de synopsis éditeur.pdf
170 ko
Annexe 3 - la structure des synopsis éditeur.pdf
145 ko
Annexe 4 - exemples analysés de certains de mes synopsis éditeur.pdf
227 ko
Annexe 5 - document vierge pré-mis en page.docx
12,1 ko
Annexe 5 - document vierge pré-mis en page.doc
26,5 ko
Annexe 5 - document vierge pré-mis en page.rtf
42,7 ko
Annexe 5 - document vierge pré-mis en page.odt
4,82 ko
Annexe 6 - exemple type de mail d'accompagnement.pdf
126 ko